Nov 262010
 

En Occident, la représentation d’un Extrême-Orient russe appelé à passer, à plus ou moins brève échéance, sous domination chinoise en raison de dynamiques démographique et économique divergentes de part et d’autre du fleuve Amour est devenue un lieu commun. Voici quelques mois, au prix d’une certaine simplification géographique, le magazine Courrier International titrait ainsi : “Far-East, quand la Sibérie sera chinoise”. Pour deux contributeurs d’une récente livraison de revue Hérodote consacrée à la “géopolitique de la Russie”, les jeux ne sont pourtant pas faits, Moscou ayant décidé d’investir à nouveau dans ces régions sinistrées depuis l’éclatement de l’URSS. Si l’avenir de ces confins russes reste incertain, une chose est cependant sûre : l’Extrême-Orient russe démontre, à la manière d’un cas d’école, combien le développement économique constitue un facteur déterminant du destin géopolitique des peuples.

Lire la suite »