Jan 072011
 

La bataille des cartes

 “Cet essai relate une véritable bataille des cartes”, prévient le géographe Michel Foucher pour présenter son dernier ouvrage consacré à la guerre des représentations qui se déroule dans un monde en transformation. En effet, la mondialisation rebat les cartes obligeant chaque puissance à réévaluer sa position et ses ambitions sur l’échiquier mondial. Face à cette exigence tous ne sont pas également à l’aise. Pour l’auteur, “le grand clivage contemporain sépare ceux qui regardent l’histoire en cours avec le sentiment d’en être, d’avoir un avenir et de pouvoir la façonner, et ceux qui croient – à tort ou à raison – la subir parce qu’ils doutent d’eux-mêmes.” La seconde catégorie est bien sûr constituée des vieux pays industriels saisis de vertige face à l’émergence de nouvelles puissances issues de ce qu’ils qualifiaient il n’y a pas si longtemps de Tiers-monde…De fait, ces nouvelles puissances économiques n’entendent pas en rester là. Elles ont aussi des ambitions géopolitiques et défendent dès à présent une vision alternative du monde qui s’inscrit dans des cartes mentales. Pour Michel Foucher, ce mouvement de fond est porteur d’un impératif : l’Occident et l’Europe doivent redéfinir leur rôle et leur statut, “trouver de nouveaux vecteurs d’être au monde, choisir le reclassement pour éviter le déclassement”. Mais nous n’en sommes pas encore là. Aujourd’hui, ce sont plutôt les autres qui pensent le monde et s’y projettent.

Lire la suite »

Déc 032010
 

La Chine fait débat. Pour certains, elle représente toujours un Eldorado économique et commercial, voire même un nouveau modèle de développement. Mais pour d’autres – qui donnent maintenant de la voix – elle constitue plutôt une menace à conjurer. Hakim El Karoui a entrepris de dénoncer “l’aveuglement occidental face à la Chine”.

Nov 052010
 

Crise des subprimes, crise financière, crise économique, crise de la dette… Tandis que nous hésitons sur la façon de qualifier les événements qui se sont produits depuis 2007, le monde asiatique a, lui, tranché : selon ses meilleurs analystes, il s’agit, plus simplement, d’une crise “atlantique” accélérant un rééquilibrage des puissances au profit de l’Asie. Loin d’être envisagée sous le seul angle économique, la crise est donc pensée là-bas sous un angle géopolitique et saluée comme un basculement historique mettant un terme à deux siècles de domination occidentale. Comme l’écrit Marc-Olivier Padis, rédacteur en chef de la revue Esprit, en introduction d’un récent dossier consacré à ces questions, “parler de ‘crise atlantique’, c’est aussi marquer ses distances avec le monde occidental euro-américain et prendre la main sur l’interprétation de ce moment charnière”. Et s’il était urgent de penser, à notre tour, ces événements sous un angle géopolitique, de façon à donner notre vision de l’avenir de la mondialisation ?

Lire la suite »