Avr 192012
 

De la chute du Mur de Berlin aux Printemps arabes en passant par les attentats du 11 septembre ou l’irruption de la crise économique et financière actuelle, les « surprises stratégiques » s’accumulent et nous acculent à des choix décisifs. Loin de toucher le seul domaine militaire, ces retournements subits s’étendent à tous les champs du politique. Dans son dernier rapport, le Conseil supérieur de la formation et de la recherche stratégique (CSFRS) met en garde contre la tentation de l’aveuglement : « Nous faisons collectivement d’immenses efforts pour ne pas voir, ne pas croire, ne pas vouloir ». Des outils d’anticipation et de prospective existent pourtant afin de nous donner, comme le propose la Délégation aux affaires stratégiques (DAS), « les moyens d’élaborer une vision stratégique de long terme ». Mais la prospective n’a pas toujours bonne presse. Sans doute parce qu’elle bouscule nos certitudes et notre confort intellectuel. Cassandre avait pourtant raison et l’incrédulité des Troyens leur a été fatale. Il est donc temps de « sortir du règne de la routine » et de « tracer de nouvelles routes » pour reprendre l’initiative.

Lire la suite »