Oct 182012
 

À l’heure de la multiplication des annonces de plans sociaux affectant l’industrie française et certains sites industriels hébergés dans l’Hexagone (PSA, LyondellBasell, Sanofi , Petroplus, Lohr…), la question de la politique industrielle de la France est à l’évidence de la plus haute importance. Le thème du « patriotisme économique » est certes repris par les plus hautes autorités de l’État. Le nouveau gouvernement s’est doté d’un ministère ad hoc et fait du « redressement productif  » l’une de ses priorités. Mais encore faudrait-il « être plus ferme dans la conviction que nous devons rendre de nouveau légitime, dans nos esprits, l’idée de souveraineté industrielle ». C’est ce que proposent Éric Delbecque et Angélique Lafont dans un récent ouvrage particulièrement stimulant.
Pour les auteurs, un diagnostic de notre présente situation devrait être parfaitement formulé, tout comme il devrait être mis fin à la stérile opposition entre les tenants du tout libéral et les défenseurs d’un « nationalisme économique » revisité. La solution ? Une « connivence public/privé » à même de préserver les secteurs jugés stratégiques pour la croissance du pays. Le débat n’est pas seulement utile. Il devient urgent.

Lire la suite »