Juin 152011
 

Les ministres de l’Intérieur du G8 ont adopté, le 10 mai, “un plan d’action” contre le narcotrafic. Selon Youri Fedotov, directeur exécutif de l’Organisation des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC), le marché de la drogue représenterait, au minimum, “un marché de 320 milliards de dollars par an”.

Depuis vingt ans, gouvernements interlopes, groupes insurgés ou organisations criminelles et terroristes (AQMI, Farcs, talibans, mafias turques, albanaises, italiennes…) exploitent les zones de culture du pavot, de la coca et du cannabis.

Surfant sur les schémas de la mondialisation et de l’économie vertueuse, ils ont créé un véritable marché planétaire, au sein duquel les pays du Nord sont les principaux consommateurs, mais pas seulement… Lire la suite »

Mar 012011
 

Pour une géopolitique des risques

A l’heure où les menaces contemporaines sont en pleine expansion, le criminologue Xavier Raufer dissèque leurs différentes facettes et explique comment elles peuvent être contrées. Appréhender correctement cette face noire de la mondialisation exige prioritairement une approche réaliste de la criminalité organisée. Un écheveau complexe où s’enchevêtrent terrorisme, mafias, cartels et voyous en col blanc … A la veille du troisième Festival de géopolitique et de géoéconomie qui se tiendra à Grenoble du 24 au 27 mars (programme et inscriptions sur www.grenoble-em.com), Xavier Raufer a accordé un long entretien à Jean-François Fiorina, directeur de l’ESC Grenoble. Lire la suite »

Jan 282011
 

L’entreprise face aux “pirates”

Attentats, contrefaçon, pirateries, blanchiment d’argent, kidnapping, fraude, cybercrime…L’entreprise est devenue une cible privilégiée du crime organisé et des groupes terroristes. Si bien que, comme le soulignent Bertrand Monnet et Philippe Véry, dans un récent ouvrage, elles ne peuvent plus se contenter de scruter les marchés ou la concurrence. Elles doivent aussi avoir l’oeil sur des activités portant atteinte, ainsi que le disent les auteurs, “non plus seulement à l’ordre public, mais aussi à l’économie libérale”. Ce nouvel enjeu managérial nécessite bien sûr de prendre connaissance des diverses formes que peuvent prendre ces menaces criminelles. Plus globalement, il exige aussi que les dirigeants et managers d’entreprise acquièrent une culture des risques géopolitiques et des défis stratégiques. C’est précisément ce à quoi s’attache l’ESC Grenoble.

Lire la suite »

Jan 212011
 

Contrefaçon de médicaments

Environ un million de comprimés saisis pour un montant correspondant à près de 2 millions d’euros, 290 sites de vente fermés et 75 personnes interpellées de part le monde…Le bilan de l’opération internationale Pangea 3 menée en octobre dernier par les services de police et de douanes de 45 pays dont la France, la Belgique, le Canada, la Suisse, mais aussi Cuba, la Russie et la Thaïlande, illustre l’ampleur croissante que prend, au niveau mondial, le trafic de faux médicaments. Dans un récent ouvrage consacré au “marché mondial du faux”, le criminologue Pierre Delval, par ailleurs conseiller pour la lutte contre la contrefaçon auprès de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe, confirme que ces trafics constituent désormais un problème sanitaire de premier ordre. Et il met en garde : “Cette situation, essentiellement confinée aux pays en voie de développement pendant plusieurs dizaines d’années, touche dorénavant de plein fouet les États-Unis et l’Europe.” Un nouveau constat qui nous incite à mieux informer les citoyens et les décideurs de toutes natures sur les défis d’un monde complexe recelant autant d’opportunités que de risques, comme nous le soulignerons lors de la troisième édition du Festival de Géopolitique et de Géoéconomie qui se tiendra à l’ESC Grenoble du 24 au 27 mars prochain.

Lire la suite »

Jan 142011
 

Trafic d’êtres humains

Le phénomène est largement méconnu en Occident, mais la traite des êtres humains reste, hélas, un phénomène toujours d’actualité. Comme le révèle un récent ouvrage écrit par la journaliste mexicaine Lydia Cacho, par ailleurs collaboratrice du Fonds de développement des Nations unies pour la femme (UNIFEM), il s’agit même une activité criminelle en pleine expansion depuis vingt ans. En effet, la mondialisation des échanges et des flux migratoires a incité de plus en plus de groupes maffieux à se lancer dans ce trafic aussi horrible que lucratif. Les routes de cette traite moderne traversent pratiquement tous les pays de la planète. Mais la riposte – mondiale elle aussi – se met en place, toujours plus efficacement, afin de mettre un point final à cette face sombre de la mondialisation.

Lire la suite »