Déc 112014
 

Point de vue et perspectives pour temps de confusion

« Qui aurait pu prévoir, en 1850, en 1900 ou en 1950, que le village global du XXIe siècle verrait tant de villageois s’entre-tuer et tant de voisins en venir aux mains ? » Lire la suite »

Juil 032014
 

Ou l’éternel retour d’une approche réaliste du monde

« La géographie ne se discute pas, elle existe, tout simplement. » En citant ainsi Spykman, Robert D. Kaplan prend à bras-le-corps la question du rapport entre géographie et géopolitique. Dans son dernier ouvrage, La revanche de la géographie, cet ancien membre du Conseil de défense des États-Unis (2009-2011) estime que la géographie reste la matrice de la plupart des rapports de force dans le monde. Lire la suite »

Juin 122014
 

 L’un des derniers espaces de domination de l’Europe ?

Pour quelques semaines, la coupe du monde de football au Brésil va focaliser les caméras de la planète entière sur un pays qui passe pour l’un des modèles de l’émergence. Mais ses fractures se révèlent à cette occasion. Alors que le football a été le lieu de la contestation politique de la dictature militaire, et de la justice sociale, les prix des places dans les stades sont inaccessibles au petit peuple des villes brésiliennes. Avec le Mondial, le foot a été totalement récupéré par l’État brésilien.

Plus largement, dans un monde où la puissance passe souvent par l’influence, que nous dit « géopolitiquement » le football ? Pascal Boniface a été le premier à poser cette question, notamment avec La terre est ronde comme un ballon – Géopolitique du football (Seuil, 2002). Les dernières coupes du monde ont avalisé ses analyses. Le football est à la fois une nouvelle modalité du conflit – symbolique – entre nations et un révélateur des équilibres mondiaux. Il constitue aussi une activité économique qui, par les profits qu’il génère, atteste de façon très nette du lien entre géopolitique et économie. Lire la suite »

Juin 052014
 

Jean-François Fiorina s’entretient avec Jean-François Ley

Après avoir été le directeur marketing et développement de VINEXPO, le grand salon international des vins et spiritueux, Jean-François Ley vient de prendre la fonction de directeur de la division vins et spiritueux du groupe INSEEC. Un retour aux sources puisqu’il étudia au sein de cette école de commerce de Bordeaux, dans la même promotion que Jean-François Fiorina, directeur de l’ESC Grenoble. Lire la suite »

Oct 232012
 

Jean-François Fiorina s’entretient avec Didier Lucas

« L’évolution du monde et de l’économie, la modification incessante des règles de la concurrence font que la pratique de la géopolitique va devenir de plus en plus indispensable au pilotage de l’entreprise. » Ce constat émane de Didier Lucas, directeur général de l’Institut Choiseul, spécialisé dans l’analyse des questions stratégiques internationales. Il vient de diriger l’ouvrage collectif, Les diplomates d’entreprise – Pouvoir, réseaux, influence, (Choiseul éditions). Pour les directeurs des relations institutionnelles des grandes organisations, tournés vers l’international au quotidien, la géopolitique constitue désormais un paramètre-clé pour agir. Lire la suite »

Oct 102012
 

L’intégration régionale est désormais une dynamique qui se diffuse sur tous les continents, prolongement ou alternative à la mondialisation, mais certainement preuve du passage à une certaine maturité de l’interdépendance des économies et d’une volonté de la maîtriser quelque peu. L’Amérique latine en est un laboratoire des plus instructifs.

Cartographie et texte : Alain Nonjon
Lire la suite »

Juin 212012
 

« Agriculture et géopolitique sont deux maîtres mots que l’histoire conjugue en permanence. Pourtant, agriculture et alimentation sont généralement considérées à l’aune de l’économie ou de l’agronomie », annonce d’emblée la rédaction de la revue Déméter dans un numéro consacré aux enjeux de l’agriculture au XXIe siècle. Secteur à proprement parler vital en ce qu’il permet à l’homme de se nourrir, l’agriculture s’inscrit « sur des territoires (géo) et se retrouve au cœur de stratégies de puissance et/ou de rivalités de pouvoir (politique) ». Elle est l’un des paramètres structurants des relations internationales, même si elle est rarement perçue comme telle. Accès aux terres et à l’eau, répartition des richesses, risques environnementaux, crise économique et spéculation : l’agriculture est pourtant au centre de très nombreuses problématiques géopolitiques contemporaines. La raréfaction des ressources et l’évolution de la consommation à l’échelle mondiale engendrent plus que jamais tensions et hostilités autour de la question agricole, indissociable de celle des grands espaces nationaux. Quelle est la géographie agricole mondiale ? À quelles logiques politiques obéit-elle ?

Pas d’analyse géopolitique sans carte ! Difficile en effet d’aborder des champs de confrontation en l’absence d’une vision cartographique d’ensemble. Or, que nous apprend la lecture des cartes ? Lire la suite »

Mai 162012
 

Malgré la pression des événements, l’écume des faits, le mois de mai prête à l’évasion, voire à la rêverie. Or qui n’a jamais rêvé de partir en Afrique sur les traces d’un explorateur porté disparu et de prononcer à la place d’Henry Stanley le célèbre : « Doctor Livingstone, I presume ? » ? Qui ne s’est pas imaginé larguer les amarres pour l’aventure ? Que l’on parte pour le plaisir ou pour échapper à un destin par trop étriqué, balisé, « dépasser les limites, gagner l’ailleurs, constitue la vie des voyageurs et explorateurs », note François Angelier, auteur d’un dictionnaire sur les aventuriers occidentaux du XIIIe au XXe siècle qui ont contribué à façonner le monde que nous connaissons encore. Mais qu’en est-il aujourd’hui ? L’épopée des grandes expéditions européennes est-elle définitivement révolue ? Il reste tant de territoires peu connus sur terre et inexplorés dans les mers… Et si l’on évoque l’espace, les possibilités deviennent immenses ! Derrière l’évidence des enjeux géopolitiques apparaît une certaine conception de l’homme qui perdure en ces temps de repli stratégique de l’Europe. Conquérant de lui-même tout autant que de nouveaux territoires, l’aventurier reste un modèle de courage, d’énergie et d’insatiable curiosité. Lire la suite »

Mai 102012
 

Pays émergent, pour ne pas dire émergé, le Brésil s’est élevé en une vingtaine d’années à peine au rang de « nouvelle puissance ». Les échelles brésiliennes donnent le vertige : 5e rang mondial par sa superficie et par sa population, ce qui en fait le pays le plus vaste et le plus peuplé d’Amérique latine, 6e économie mondiale, 1er producteur mondial d’éthanol et de minerai de fer… Et impossible d’échapper à sa très réactive diplomatie qui a su le hisser en acteur régional majeur et en partenaire international incontournable. Ses ressources sont si abondantes que le pays se considère béni de Dieu. De l’expression de Stefan Zweig – « Brésil, terre d’avenir » à celle de Jean-Jacques Faust – « une Amérique pour demain », les qualificatifs pour décrire le potentiel brésilien ne manquent pas. Et ils sont souvent dithyrambiques. Pourtant, « derrière l’opulence, le drame… » affirme Yves Gervaise, agrégé de géographie et enseignant au Brésil. La réalité brésilienne, ce sont aussi les favelas et leur cortège de violence quotidienne, des inégalités sociales criantes et une problématique environnementale prégnante. Bref, l’avenir du pays interroge : « Comment le Brésil peut-il satisfaire ses nouvelles ambitions ? Lire la suite »

Avr 262012
 

Hier encore désignés sous l’acronyme réducteur de BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), les pays émergents voient leur liste sans cesse s’allonger. L’Afrique du Sud d’abord, puis le Mexique, la Corée du Sud, la Turquie ou encore l’Indonésie sont fréquemment associés au club des grandes puissances de demain. « L’émergence est devenue le concept facile pour évoquer ces pays aujourd’hui solidement assis sur leurs bases économiques, alors même qu’on pourrait les considérer comme déjà émergés si l’on conservait la définition littérale du concept  », souligne Sylvia Delannoy dans son remarquable manuel de Géopolitique des pays émergents édité aux Presses universitaires de France. Si ces puissances « nouvelles » ont en commun une forte croissance et une élévation du niveau de vie de leur population, elles se caractérisent aussi par une constante augmentation de leurs budgets de défense. À l’heure où l’Europe désarme, les émergents se dotent d’outils militaires à la mesure de leur environnement régional, quand ils n’ambitionnent pas d’en faire le fer de lance de leur politique étrangère.

Lire la suite »